Cartographier les disciplines rares

Les disciplines rares sont des disciplines émergentes, ou dont le marché est tellement restreint qu’il n’y a plus que quelques spécialistes.

Par les phénomènes de vote majoritaire et de reconduction des postes 1 pour 1 dans le système universitaire, les disciplines rares anciennes disparaissent petit à petit, alors que les nouvelles n’émergent pas. L’immobilisme mène inéluctablement à l’étiolement et l’étouffement.

La réflexion et l’étude sur le sujet dans le milieu universitaire viennent de faire l’objet d’un rapport dense et clair (cf Disciplines rares dans les universités: remise du rapport à Najat Vallaud-Belkacem.). Celui-ci préconise notamment la création d’un observatoire pour la cartographie de ces disciplines rares.

Les entreprises doivent aussi mener leur étude interne de ces disciplines rares mais critiques, pour lesquelles peu d’experts existent, mais dont l’existence est fondamentale pour leur performance présente et future.

Publicité

ENQUETE SENATORIALE SUR LE CREDIT IMPOT RECHERCHE (CIR)

J’ai eu l’honneur et le plaisir de plancher jeudi 19 mars dernier devant la « Commission d’enquête sur la réalité du détournement du crédit d’impôt recherche de son objet et de ses incidences sur la situation de l’emploi et de la recherche dans notre pays » ( cf ici  ) en tant que représentant du MEDEF (cf innover en France). Le coût budgétaire du dispositif supérieur à 5 Milliards d’€ justifie un examen régulier et une évaluation continue de l’efficacité de ce volet de la politique publique, mais le titre de l’enquête est assez désagréable dans l’intitulé « détournement ».

L’objet de l’entretien était de présenter le point de vue général des entreprises sur le dispositif, puis de répondre à une série de 18 questions portant sur des données statistiques et économiques ainsi que sur les aspects techniques et juridiques de mise en œuvre du dispositif, voire parfois de théorie économique (combien rapporte un euro investi en R&D ?...). La convocation me parvient par le MEDEF et directement à mon domicile.

Préparer une audition réalisée sous serment avec autant d’enjeux (le CIR est un des tous premiers dispositifs fiscaux bénéficiant aux entreprises effectuant de la recherche) n’est pas un exercice trivial : il faut se préparer avec les équipes du MEDEF, les spécialistes juridiques d’horizons divers, des partages avec les autres syndicats professionnels, quelques entretiens privés avec des responsables de recherche d’entreprises de toute taille, et bien sûr réviser 10 ans d’expérience et de chiffres et d’argumentaires de « doctrine » présents dans de nombreux textes au format Word, Powerpoint et sites web, sans oublier de relire quelques textes de loi, instructions fiscales et décrets…

L’outil XMIND utilisé a été un outil formidable d’aide à l’organisation de cette audition, pour répertorier les questions, et l’argumentation des réponses (cf mon article sur les cartes argumentaires), repérer tous les documents contenant des chiffres ou des argumentaires, voire plus simplement, obtenir une cartographie rapide de la composition et du positionnement des membres de la Commission (cf mon article sur les cartographies de controverses). En séance, disposer de notes structurées, lisibles et synthétiques permet de retrouver immédiatement toutes ses marques en un rapide coup d’œil.

La salle d’audience est une grande pièce très lumineuse avec des grandes fenêtres donnant sur le magnifique jardin du Luxembourg, à quelques pas de l’hémicycle qu’il faut contourner par un inhabituel et long couloir circulaire. La beauté des marbres du sol m’impressionne toujours, la dureté et le poli parfait de la pierre étant manifestement choisis pour la pérennité solennelle et éternelle de l’Etat français (cf www.senat.fr/patrimoine.html ). Le dispositif d’audience est un assemblage de bureaux en U équipés de micros pour une trentaine de personnes, où l’on nous invite à prendre place sur l’un des côtés, les sénateurs étant au centre, leurs assistants et preneurs de notes étant de l’autre côté. Un petit carré de journalistes assiste dans le bout de table à cette audition. Un petit stress au moment du serment (après l’invitation du Président : « je le jure »), l’adrénaline monte et c’est parti pour une heure de parole et de questions parfois très imprégnées d’idéologie et de partialité auxquelles il faut apporter une réponse rationnelle et argumentée. J’aime ces confrontations, non pas pour le plaisir du pur combat, mais parce que le point de vue différent du mien oblige à une réflexion approfondie et enrichissante sur la thématique en jeu. Ceci étant, terminer ce grand oral est aussi un soulagement !

Une visualisation dynamique de l’évolution de l’épidémie HIV

Il me semble parfois très difficile de raconter en mots, ce que l’on voit en une seule image, surtout lorsqu’une animation interpelle nos neurones détecteurs de mouvements.

Où en est l’épidémie HIV dans le monde ?

La cartographie suivante (http://www.gapminder.org/world)  montre le taux de HIV en fonction de la richesse du pays (PIB/habitant) : tous les pays sont atteints !

Il apparait clairement que les pays riches, mieux éduqués se protègent mieux, mais aussi que pour avoir des taux bas, la mentalité locale est prépondérante, avec des raisons très différentes par ailleurs (cf Allemagne et Tunisie vs France).

L’évolution temporelle est visible grâce à une animation (il faut déplacer le curseur dans le bas de la page, et cocher éventuellement l’option traces/trails) : loin d’être finie, l’épidémie continue à se développer en Afrique, mais aussi dans le tiers monde en général.  Dans les pays développés, l’épidémie n’est pas en recul, elle est juste stabilisée, ce qui reste inquiétant.

Au contraire du virus Ebola, à effet rapide et foudroyant, le virus HIV se diffuse longtemps et partout avant de tuer son hôte, une redoutable efficacité !

CARTOGRAPHIE DES CONTROVERSES

Démêler grâce à un schéma un sujet embrouillé par des questions complexes et imbriquées d’expertises techniques, juridiques, morales, économiques et sociales, politiques, tel est l’objet de la cartographie des controverses.

Initialisées par Bruno Latour (cf http://fr.wikipedia.org/wiki/Bruno_Latour), ces présentations visuelles de sujets complexes permettent une compréhension beaucoup plus simple des acteurs, enjeux, éléments, etc. Issues d’une réflexion profonde sur la pensée, et les modes d’apprentissage de la pensée critique et scientifique, cette technique d’analyse et de présentation est aujourd’hui largement enseignée dans le monde, et entre autres à Sciences Po en France.

Exemple : le projet de la Tour Triangle a mobilisé des acteurs parisiens très variés, et cristallisé des positions antagonistes autour de la notion de développement urbain. Un schéma de cartographie permet de représenter en une fois les acteurs, leurs motivations et valeurs, leurs liens et proximités

De nombreuses histoires, détails et commentaires se rajoutent à cette carte, mais la structuration présentée est incontournable, et peut aussi servir d’outil de dialogue. Par exemple ici, l’opposition des riverains s’exprime principalement sur les risques de perte de qualité de vie, face aux bénéfices attendus par la majorité des politiques sur l’emploi et la dynamique économique. Les deux projets sont-ils conciliables ?

Beaucoup de projets peuvent bénéficier de ces visualisations, que ce soit sur des grands sujets (nucléaire, développement durable, …) comme sur des projets locaux ( barrage de Sivens, ferme des 1000 vaches, …).

Il reste cependant à trouver la bonne formule pour la carte : le schéma suivant, proposé pour analyser le retrait US d’Afghanistan, montre la complexité, mais n’apporte pas d’aide réelle pour identifier des scenarii !

Une artiste qui sort du cadre

L’artiste sud-africaine Barbara Wildenboer nous interpelle sur les liens entre la réalité, les fractales, les mots dans les livres, la continuité et l’éclatement, les liens entre toutes choses  : comment rester indifférent devant une métaphore graphique aussi magnifique ?

Barbara Wildenboer

L’art de Barbara Wildenboer, par son élégant design, dépasse les mots pour nous toucher directement dans le sublime.

Pour voir plus d’œuvres de la même artiste :